Interviews d'étudiants

image
L’orientation est une question que l’on ne doit ni ne peut traiter sans consulter son entourage, familial, amical ou scolaire. Interroger les vôtres, soyez avide de recommandations et n’hésitez pas à vous rendre sur des salons où des professionnels vous guideront.

 
 
Ils témoignent


Constance, étudiante titulaire de deux diplômes de Master 
 
« Après une filière littéraire au lycée, j’ai obtenu un Master en Lettres Classiques car je voulais depuis longtemps être professeur dans le secondaire. Mais j’ai réalisé que le métier de professeur n’était pas fait pour moi. C’est après avoir fait un mémoire sur une jeune écrivain que l’on m’a conseillé d’intégrer la formation d’édition car je pourrais remettre à profit mes études antérieures. Je ne regrette en rien ce choix. »
 
 
Benjamin, assistant d’édition
 
« Après un Bac L, je me suis dirigé vers une Licence d’histoire-géographie que j’ai complétée par un Master recherche d’histoire & civilisations pour devenir professeur de collège ou de lycée. Mais j’ai découvert que le métier d’enseignant n’était pas fait pour moi et me suis réorienté en Master professionnel d’édition car le domaine des métiers du livre m’intéressait depuis toujours. Au cours de cette formation, j’ai fait un stage d’assistant d’édition et de rédaction pour un grand festival littéraire que j’ai trouvé passionnant et très intense. »
 
 
Guillaume, étudiant à l’École Supérieure de Publicité (ESP)
 
« Pour rentrer à l’ESP je me suis rendu compte qu’il était préférable d’avoir déjà une certaine connaissance du monde de la publicité et des médias, ne serait-ce que pour les épreuves d’entrées. Une bonne expression écrite mais surtout orale est recommandée puisque nous avons beaucoup de compétitions au sein de l’école. Il faut aussi faire preuve de rigueur puisqu’en plus des cours, nous avons des stages à temps partiel et à temps plein à effectuer, ainsi que des projets professionnels à entreprendre. »
 
 
Laure, étudiante à Sciences Po

« J’ai choisi de me diriger vers les IEP qui proposent une formation de qualité et pluridisciplinaire. Les IEP proposaient une formule qui m’a de suite attirée car ils permettent de repousser au master le choix d’orientation. Après cette classe préparatoire, j’ai intégré Sciences Po Toulouse, que j’ai connu au travers des guides d’orientation et des plaquettes des établissements. Actuellement en année de mobilité au Pérou puis en Moravie, j’intègrerai l’année prochaine le  Master Action internationale et gestion de crise à Sciences Po Toulouse. »