Christine Mélous, Directrice de l’ESP, Ecole supérieure de publicité

Guid'Formation | 05.10.2012 à 13h57 Mis à jour le 19.11.2015 à 15h46
image

Pourquoi choisir une école spécialisée en communication/publicité/marketing ?

 

Tout le monde « communique », d’une façon ou du autre, en permanence…. Alors que tout le monde ne fait pas de la gestion, par exemple, ou du droit, de l’informatique, etc. Par conséquent, beaucoup d’entre nous ont l’impression que la communication n’a pas besoin de s’apprendre. Ils ne perçoivent pas les compétences et techniques qui sont en jeux et ne seront acquises que sur les bancs d’une école.

 

Bien entendu, ceci est une illusion. Et pour être un professionnel de la communication performant, il existe une multitude de domaines à maîtriser.

 

En premier lieu, nous nous intéressons à celui, ou celle, à qui nous souhaitons nous adresser. Ainsi, la psychosociologie appliquée à la communication concerne « tout ce qui se passe » lorsque des individus entrent en interaction (processus cognitifs, affectifs et inconscients) et tous les mécanismes qui entrent en jeu : image de soi, besoin d’intégration ou de différenciation, de réconfort, de sécurité ou de réalisation, etc. De nombreux théoriciens de la communication ont cherché à conceptualiser « le processus de communication » et les modèles à maîtriser sont tous complémentaires.

 

Après s’être intéressé au récepteur, il faut développer une connaissance intime de l’émetteur. Le porte-parole crédible d’une marque ou d’une entreprise doit en maîtriser sa réalité, à la fois matérielle mais aussi psychologique, voire philosophique. Chaque marque a une raison d’être, mais aussi un positionnement, une façon de s’exprimer qui lui est bien spécifique, des convictions. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les communications de marques différentes sur un même secteur. Les communications d’Air France sont bien différentes de celles d’Easy jet et ce n’est pas qu’une question de nationalité. Il y a donc, comme socle un enseignement en sciences humaines, une sensibilité à la cible comme à la marque ou l’entreprise, essentiels dans la communication et le marketing.

 

Une fois ces fondamentaux maîtrisés, vient le temps d’acquérir les techniques spécifiques à chacune des activités propres au marketing et à la communication.

 

Derrière la rédaction d’une accroche, le choix d’un visuel, la réalisation d’une affiche, d’un filmou d’un site Internet, une étude de marché, ou pour finir, l’achat d’un espace sur télé ou le meilleur référencement sur Google, se cachent des techniques très pointues.

 

Seules les écoles spécialisées sont en mesure d’offrir à leurs étudiants cette palette d’enseignements, alliant sciences humainesculture générale et compétences techniques.

 

Profondément ancrées dans le milieu professionnel, elles ont accès aux praticiens aux expertises les plus pointues, qui savent alterner apport théorique et mises en pratiques.

 

 

Le digital et le Web : des secteurs d’avenir

 

 

Le digital n’est pas un secteur en tant que tel, il fait désormais partie de notre vie, dans son sens le plus large. Il n’est donc pas un enseignement qui ne doit intégrer une culture numérique, partie prenante de notre culture générale.

 

Son explosion encore récente explique que les pratiques ne sont pas figées et continuent à évoluer : c’est un secteur dans lequel il y a beaucoup d’innovations et ou la créativité est souvent plus forte qu’ailleurs.

 

Tout territoire à défricher permet une liberté supplémentaire. Nous en avons un bel exemple avec la campagne Tippex en ligne. Personnellement, j’aurais adoré travailler sur ce projet.

 

Dans ce contexte, les équipes en place sont souvent en manque de compétences et c’est en ce sens que nous pouvons parler de secteur d’avenir. Peu nombreux sont les experts d’aujourd’hui et les expertises de demain sont encore à imaginer.

C’est donc un formidable terrain d’apprentissage pour une nouvelle génération qui sera toujours perçue comme plus agile dans ces nouvelles pratiques.

 

Les illustrations en sont nombreuses : nombre croissant de petites annonces pour ces profils, salaire moyen supérieur, turnover important. Tout indique que c’est un des chemins de la réussite professionnelle.

 

 

Quels conseils apporteriez-vous aux étudiants qui souhaitent se lancer en communication ou en marketing ?

 

 

Deux conseils :

Ces secteurs de la communication regroupent des métiers très différents. On sent bien en observant, par exemple, un créatif et un responsable des médias.

 

Ceci est vrai aussi selon la structure dans laquelle on travaille et elles sont nombreuses : annonceur, agence globale ou spécialisée (Web, design, RP et événementiel), structure locale ou internationale. Il est donc essentiel de multiplier les expériences professionnelles, les stages car c’est ainsi que vous comprendrez ce que vous aimez, mais aussi ce que vous n’aimez  pas (et c’est tout autant important). Vous pourrez alors définir le projet professionnel qui vous conviendra.

 

Mon deuxième conseil revient sur cette idée d’aimer et de plaisir. Ces métiers sont des métiers depassionnés, dans lesquels on s’investit beaucoup. Il n’y a qu’un moyen d’y être heureux et d’y réussir : aimez ce que vous faites, faites-vous plaisir car, on ne peut exceller que dans ce qu’ont aime. Ainsi, vous n’aurez jamais l’impression de travailler !