Se lancer dans une licence de droit après un Bac L

Guid'Formation | 21.09.2016 à 11h37 Mis à jour le 21.09.2016 à 11h38
image

Se lancer dans des études de droit n’est jamais simple du fait de la supposée difficulté de ce domaine. Il convient d’être très motivé et de ne pas prendre cette licence à la légère. Trois rudes années de travail attendent nos néo-bacheliers.
Un problème pour les littéraires ? La terminale demande déjà un investissement relativement important et ce cursus constitue donc un prolongement de cette dernière année de lycée.

Coup de projecteur sur un secteur qui, en 2013-2014, était composé à 18% de bacheliers L.

Qu’étudie-t-on exactement en licence de droit ?

Si la rigueur et l’exigence demandées durant les années lycées aux terminales L serviront à chacun tout au long des études, les étudiants vont cependant découvrir de nouvelles matières. Les quatre premiers semestres (deux premières années) vont servir à acquérir les bases et à se familiariser avec le monde juridique.

Cette première partie du cursus va parcourir un champ d’enseignement relativement large. Ne vous étonnez donc pas d’avoir un cours de « Droit Administratif », juste avant du « Droit Civil » qui sera lui-même suivi par du « Droit privé ». L’étudiant va parcourir le domaine de long en large afin d’appréhender le langage et les concepts nécessaires à la réussite de ses études.

D’importantes notions et concepts devront être maitrisés durant ces trois années. Cela demandera plus ou moins d’efforts selon la personnalité de chaque étudiant : capacités rédactionnelles et orales, sens de la logique et de l’organisation, résistance au stress, esprit d’analyse…

N’ayez crainte, la majeure partie des étudiants entrant en licence de droit sont sur un pied d’égalité. Les bases fondamentales de la culture juridique seront enseignées à tous pour faciliter l’intégration et la réussite.

Les clés pour réussir son parcours juridique

Il n’y a pas de mystère, une scolarité réussie réside dans un travail rigoureux et régulier de chacun. Cependant, il convient d’avoir conscience de la difficulté que peut représenter la licence de droit. Il s’agit d’un parcours qui demandera beaucoup d’efforts aux étudiants.

Réussir sa première année passe par une maitrise de la culture juridique. Non seulement en étant sérieux dans les cours tout au long de l’année. Mais également en s’intéressant à tout ce qui attrait au domaine en dehors du cadre scolaire. Il est importante de rester curieux, ouvert sur le monde et au courant de l’actualité. Cela ne peut être qu’un plus pour l’étudiant.
Oubliez le « par cœur » ! Vous n’aurez pas besoin d’apprendre le code civil de A à Z. Le « meilleur ami de l’étudiant en droit » est souvent consultable lors des examens par exemple.

La réussite va passer par une maitrise des techniques et des méthodes. Connaitre de tête un terme juridique ne sera que peu utile si l’on n’est pas capable de comprendre ce qui se cache derrière ce mot.

Une organisation rigoureuse du travail à la maison sera nécessaire. Autonomie et motivation : voilà ce qu’il faut pour réussir ! Préparer ses cours et ses TD en amont, effectuer ses propres recherches personnels, enrichir ses notes, relire ses cours plusieurs fois… Autant de techniques qui peuvent aider à la réussite de chacun de nos bacheliers L.

Si jamais je souhaite changer de voie, comment faire ?

En cas d’échec lors de la L1 ou de volonté de changer de voie, il est possible de se réorienter. Deux cas de figure :
  • Volonté de rester dans un cursus universitaire :
 
Il est possible, pour les personnes qui souhaitent rester dans le système « fac », tout en changeant de domaine, de se tourner vers une autre licence. Le risque à prendre est de repartir pour une deuxième première année étant donné que vous serez considéré comme un étudiant sortant de Bac (pour les personnes n’ayant pas validé la L1 droit). Pour les personnes ayant validé la première année, il convient de se renseigner auprès de chaque responsable de licence pour connaitre les modalités d’inscriptions et de « passerelles » entre les cursus.
  • Sortir de la voie universitaire mais continuer dans le domaine juridique :
 
Certaines personnes se rendent compte, lors de leur entrée en fac que c’est un système qui ne leur convient pas forcément. Cependant, si l’on souhaite continuer dans le domaine juridique, comment faire ? La première chose est de se renseigner auprès du SCUIO (Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation) de l’université pour voir s’ils peuvent vous aider. En effet, ces derniers pourront peut-être vous orienter vers des BTS ou des DUT partenaires. Et notamment ici, le DUT Carrières Juridiques qui pourrait intéresser nos bacheliers littéraires en quête de reconversion. Il faudra pour cela, se réinscrire sur APB durant les périodes d’inscription (janvier à mars) ou contacter directement les établissements en question si la décision de réorientation a été prise en fin d’année scolaire.

Et après, que puis-je envisager pour mon avenir ?

Post Bac +3, la poursuite d’études va prendre une tournure beaucoup plus professionnalisante. Cet aspect, proche du monde du travail, s’est amorcé durant la troisième année par l’intermédiaire de projets ou de stages. Mais cela va beaucoup plus loin. Après avoir formé notre bachelier ES aux fondamentaux du domaine juridique, il est maintenant temps de le faire devenir un vrai professionnel du droit.

C’est pour cela que la plupart des étudiants se dirigent vers un master professionnel. D’une durée de deux ans, il contribuera à faire de chacun des experts. Il servira également à se spécialiser dans un secteur juridique en particulier.